Stimuler la repousse des cheveux après la grossesse

Après son accouchement, une femme peut perdre ses cheveux. Mais ce n’est pas grave, cette forme d’alopécie post-partum est tout à fait classique et touche la moitié des femmes. Bien que cette situation soit réversible, il vaut mieux agir rapidement pour ne pas perdre toute sa chevelure.

Chute de cheveux après accouchement : Les différentes causes

Il est naturel de subir une chute de cheveux. La phase de pousse du cheveu est par définition cyclique et dure de 2 à 5 ans, puis survient une phase de chute d’une durée de 3 mois. Il est possible de remarquer que les cheveux tombent plus facilement en Automne et au printemps, après une fièvre élevée, une opération sous anesthésie générale ou avec la prise de certains médicaments, sans compter l’arrêt de la pilule contraceptive. De plus de femmes, ou d’homme d’ailleurs, ont des carences en fer ou en vitamine B12 qui entrainent la chute de cheveux…

repousse des cheveux après la grossesse

Après les cas généraux de chute de cheveux, parlons maintenant de la perte de la chevelure après la grossesse. En effet, passer d’une superbe chevelure épaisse et soyeuse pendant la grossesse, à une minuscule queue de cheval et à perdre ses cheveux par poignées porte un gros coup au moral à toutes les nouvelles mamans.

La chute de cheveux post-partum, ou perte de cheveux après accouchement correspond à une chute des cheveux qui survient dans les deux à cinq mois qui suivent l’accouchement ou même plus car l’allaitement peut la retarder. Cette chute brutale des cheveux peut s’expliquer par plusieurs facteurs dont les plus importants sont la chute des hormones de la grossesse après l’accouchement, le stress et la fatigue.

Un bouleversement hormonal
Pendant la période de grossesse, les hormones œstrogènes augmentent massivement  et peuvent être multipliées par 1000, ce qui tend à stimuler l’ensemble de l’organisme. Les cheveux sont plus brillants, souples, épais et le cuir chevelu est plus sec. Après l’accouchement, le taux d’hormones œstrogènes va chuter de manière brutale, ce qui va déclencher une chute de cheveux soudaine et massive et ce environ 3 mois après.  Il faut savoir que l’allaitement retarde la chute de cheveux. Une femme allaitante va continuer à produire les même hormones qu’une femme enceinte. 

Le stress et une fatigue intense
Le stress, la fatigue due au manque de sommeil, le changement de rythme sont des facteurs favorisant une chute de cheveux réactionnelle. 

Les carences
Pendant la grossesse, des carences en fer, et le manque de certaines vitamines peuvent aussi être un facteur qui peut  favoriser une chute réactionnelle. L’arrivée d’un bébé crée des carences métaboliques et les cheveux deviennent donc plus fins et ternes. 

Tous ces bouleversements de l’organisme vont avoir certainement un impact au niveau cellulaire ce qui risque de conduire à une chute de cheveu prématurée.

Les bons gestes pour stimuler la repousse des cheveux après accouchement

  • Une coupe de cheveux leur fera le plus grand bien, notamment en éliminant les extrémités abîmées
  • Evitez les appareils chauffants (sèche-cheveux ou fer à lisser) qui risquent de fragiliser les cheveux.
  • Optez pour une brosse douce sans picots.
  • Evitez de se brosser les cheveux s’ils sont mouillés
  • Privilégier des coiffures peu ou pas serrées qui ne tirent pas sur les racines.
  • Évitez les colorations après l’accouchement pour ne pas les abîmer et fragiliser des cheveux.

Chute de cheveux post-partum : Comment y remédier ?

Il est impossible d’éviter la chute des cheveux, par contre, il est possible de la freiner ou de stimuler leur repousse !

Les traitements

Grâce à des soins ciblés, dont l’action va automatiquement stimuler le métabolisme des cellules et accélérer l’arrivée de nouveaux cheveux, il est possible de limiter les dégâts.

Il faut savoir que la nuit est le moment idéal pour préserver, protéger et régénérer les cellules de la peau en profondeur. Avec un temps de repos d’environ 8 heures, le cuir chevelu va pouvoir se régénérer et reconstituer ses défenses naturelles contre les radicaux libres. Optez donc pour un soin de nuit qui permet de favoriser la densité capillaire en réduisant la chute des cheveux.

Les compléments alimentaires

Il est tout à fait possible de stimuler le métabolisme des cellules et la circulation via les compléments alimentaires. Vitamines B, acides aminés soufrés, zinc, sélénium, aident à la formation de la kératine du cheveu et à son renforcement.

Le massage du cuir chevelu

Le massage du crâne va activer la micro circulation sanguine ainsi que l’afflux de sang et d’oxygène vers les racines. Avec un shampoing appliqué avec un soin, il est important de se masser quelques minutes le cuir chevelu en partant de la nuque et en remontant au haut du crâne en effectuant des spirales avec les doigts.

Une alimentation équilibrée

Il faut consommer plus d’aliments riches en fer, qui sont réputés pour renforcer les cheveux. Il est de plus important de faire une cure de magnésium, les femmes étant souvent en manque. [Voici une liste d’aliments qui favorisent la repousse des cheveux]

Les remèdes homéopathiques et la détente pour déstresser

Le fait de débuter sa maternité avec sérénité permet d’éviter le stress, qui est un véritable facteur déclencheur de l’alopécie post-partum. Il est donc conseillé de s’accorder un moment pour se détendre ou recourir à des remèdes homéopathiques.

De plus il est tout à fait possible de compléter un traitement contre la perte de cheveux après accouchement par des remèdes naturels et un apport équilibré en éléments nutritionnels. Ces produits naturels sont destinés à booster le système immunitaire et aident donc à faire face au stress quotidien, en adoptant un nouveau mode de vie après la naissance du bébé. La prise de remèdes naturels et l’adoption d’une vie équilibrée doivent faire partie de vos habitudes pour en tirer bénéfices à long terme.

Les implants capillaires pour combler les trous

Quand les traitements locaux ou par voie orale ne sont plus suffisants, certaines femmes gênées par leur alopécie décident de franchir le pas de la greffe de cheveux. Aujourd’hui, il existe une technique de médecine esthétique capable de restituer une chevelure naturelle, sans cicatrices et sans douleur.

Le médecin va commencer par raser puis désinfecter les parties à traiter avant l’anesthésie. Les greffons seront par la suite extraits de la zone donneuse par aspiration puis stockés dans un réservoir avant d’être réimplantés dans chaque mini-incision réalisée à l’avance par le médecin. Non invasive, cette intervention limite toutes les cicatrices, sans compter que la taille de chaque greffon n’atteint jamais plus d’un millimètre contre deux millimètres pour les techniques plus traditionnelles.

Categories:

Posted by dev1